CAROLINE

A chaque fois, c’est la même.

Elle est allongée dans son lit et il lui manque. Comme manque le goût de la saccharose à son voisin diabétique. Alors, comme une toxico elle replonge dans la mélopée du confiseur du coin. Son vieux marchand de 45 tours. Comme d’habitude, il lui ouvre les placards secrets de l’arrière-boutique. À l’intérieur le caramel d’un D’Angelo y côtoie la tendre guimauve des poèmes de Michelle. Qu’importe la sucrerie pourvu qu’on ait l’oubli.

Ses goûts n’ont pas changé. Elle venait toujours pour la même chose.

Ma came, ma vitamine. Ma drogue, ma dope, ma coke, mon crack, mon amphétamine

Caroline.

De retour à la maison, elle a posé la galette couleur réglisse sur le tourne-disques. Un doux crépitement sous le diamant avant que le violon, puis les basses et la flûte, puis le flow mélancolique ne jaillissent.

Caroline était une amie, une superbe fille
Je repense à elle, à nous, à nos cornets vanille
A sa boulimie de fraises, de framboises, de myrtilles
A ses délires futiles, à son style pacotille
Je suis… l’as de trèfle qui pique ton cœur
L’as de trèfle qui pique ton cœur
L’as de trèfle qui pique ton cœur… Caroline

Elle fermait les yeux comme si c’était la première fois, laissant les lyrics pénétrer son âme comme une lame chauffée à blanc écartant les chairs. Pouvait-on saigner de plaisir? Jusqu’à ce que la tête nous tourne?

Les paroles de Solaar sont indélébiles. Caroline est un “cornet de vanille” avec qui “l’on fume sur le même mégot”. Apogée d’une plume qui n’a jamais été égalée.

Caroline, se dit-elle, est bien la seule chanson d’amour du rap français.

Caroline robe de mariee

Pandore réinvente la robe de mariée à Paris. Une expérience unique au Studio Pandore sublime cette rencontre magique entre une femme et la robe de ses rêves. Pandore est née de cette conviction:
il est des robes qui sont comme des second coup de foudre. Comme une autre âme soeur.